Eugène Aujaleu

De l’Inserm et de son histoire

Le 18 juillet 1964, un décret, transforme l’Institut national d’hygiène (INH) – qui travaillait principalement autour d’enquêtes épidémiologiques et de santé publique – en l’Institut national de la santé et de la recherche médicale.

De l’INH à l’Inserm

L’Institut National d’Hygiène est créé le 30 novembre 1941. Dirigé dans un premier temps par André Chevallier il est le premier organisme français de santé public chargé de la recherche médicale et a pour principale mission de se consacrer aux problèmes de santé publique liés à la guerre. Il est chargé, entre autre, de développer un outil de statistiques épidémiologiques et de faire des recherches sur l’utilisation des vitamines dans le cadre des pénuries alimentaires dues à la guerre.

André Chevallier
André Chevallier, premier Directeur général de l’INH, Institut national d’hygiène de 1941 à 1946.
Inserm/Archives nationales/Fonds Chevallier 200050593

En 1946 Robert Debré, président de l’INH, supervise la mise en place d’un « comité d’études sanitaires de la sécurité sociale » et d’un conseil scientifique, tandis que Louis Bugnard, directeur de l’INH, constitue quant à lui le corps de médecins chercheurs.  C’est grâce à leur impulsion, et à celle de Jean Dausset, que sont mises en place les réformes de décembre 1958 : 30 décembre 1958 : réforme hospitalière ; 31 décembre 1958 : réforme des études médicales. Elles sont relatives à la création des centres hospitaliers universitaires (CHUs), aux réformes de l’enseignement médicale et au développement de la recherche médicale et créent un corps de professionnels hospitaliers et universitaires (PH-PU) qui devront assurer les fonctions de soins, d’enseignement et de recherche.

Par ailleurs, au début des années 60, une Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) est mise en place et des pressions se font de la part des grands hospitalo-universitaires pour la création d’un organisme destiné réorganiser l’INH au sein d’un plus grand institut adossé à l’hôpital et d’harmoniser les initiatives de l’INH et de l’Association Claude Bernard.

Eugène Aujaleu
Eugène Aujaleu, premier directeur de l’Inserm de 1964 à 1969.
Inserm, 1975

L’INH ne semble plus adapté au nouveau « paysage » de la recherche et c’est ainsi que le ministre de la Santé, Raymond Marcellin, créée l’Inserm, toujours placé sous la tutelle de son ministère. Il choisit l’ancien Directeur général de la Santé, Eugène Aujaleu, comme premier directeur et dote ce dernier d’un conseil d’administration et d’un conseil scientifique.

Les débuts de l’Inserm

Eugène Aujaleu lance un plan de construction de laboratoires, dont la moitié en province, encadré par une politique de conventionnement avec les centres hospitaliers universitaires ou régionaux. Le Conseil scientifique de l’Inserm se dote de treize commissions scientifiques spécialisées (CSS) qui couvrent chaque secteur d’activité de recherche de l’Institut.

Le décret du 9 mai 1974 modifie les statuts de l’Inserm, en introduisant le terme de « recherche biomédicale » et lui confère alors de nouvelles missions  notamment en matière de valorisation de la recherche et de publication de travaux :

  • Tenir le gouvernement informé de l’état sanitaire du pays et en orienter le contrôle ;
  • Entreprendre les études sur la santé de l’homme et la situation sanitaire du pays ;
  • Centraliser et mettre à jour toutes les informations sur les activités de recherche médicale ;
  • Effectuer, susciter, encourager et participer aux travaux de recherche médicale et apporter son concours à l’enseignement préparatoire à la recherche médicale.

Par application du décret du 10 novembre 1983, l’Inserm devient  un établissement public à caractère scientifique et technique, EPST, placé sous la double tutelle du ministère de la Recherche et du ministère de la Santé. Des missions supplémentaires en matière de formation, de développement de l’information et de la communication et de développement de la coopération internationale lui sont alors confiées.

L’organisation de l’Inserm aujourd’hui

L’Inserm se compose pour l’administration de la recherche : d’un siège social gérant la politique générale de l’Inserm (juridique, financière, scientifique, des personnels, etc..),  de 13 délégations régionales couvrant la France, province et Ile de France, soutien de la décentralisation administrative de l’Inserm.

Pour la « recherche », l’Inserm est organisé en instituts thématiques d’une part et en structures de recherche ou laboratoires au sein des hôpitaux et des universités, d’autre part.

1 – Instituts thématiques

L’Inserm créée neuf  instituts thématiques de recherche, officialisés par le décret de 2009 :

  • Neurosciences, sciences cognitives, neurologie et psychiatrie
  • Cancer
  • Immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie (I3M)
  • Physiopathologie, métabolisme, nutrition (PMN)
  • Santé publique
  • Technologies pour la santé
  • Bases moléculaires et structurales du vivant
  • Biologie cellulaire, développement et évolution
  • Génétique, génomique et bio informatique

2 – Structures de recherche

L’Inserm regroupe environ 350 laboratoires et de nombreux centres de recherche, regroupement de plusieurs unités de recherche associant la recherche fondamentale et le transfert vers la clinique. On parle d’unités mixtes de recherche liées aux université et travaillant avec des équipes souples et mobiles (notamment entre les équipes) aux activités scientifiques transversales.

3 – Les instances

Les instances de l’Inserm impulsent et arbitrent les stratégies de l’institut et de la recherche .

  • Les instances administratives : elles concernent le conseil d’administration (CA) de l’Inserm et la commission d’administration de la recherche (CAR) qui évalue l’activité des chercheurs aux fonctions d’administration de la recherche;
  • Les instances scientifiques : on trouve le conseil scientifique  et les commissions scientifiques qui, de manière générale, évaluent les laboratoires, les chercheurs et les directeurs dans leur champ de recherche.

Aujourd’hui l’adaptation de l’Inserm aux nouvelles technologies scientifiques lui permet d’être classé, en 2016, au  1er rang européen des organismes de recherche biomédicale.

Carnet du service des archives de l'Inserm