« RETOUR AUX SOURCES » – Enquêtes Nutrition

Les fonds INH et Inserm présentés ci-dessous1 sont des enquêtes sur la nutrition des français en lien avec la santé. Leur cause première est la seconde guerre mondiale et ses restrictions alimentaires aux dangereuses conséquences. Elles sont ensuite élargies et maintenues après la guerre et ont débouché sur la recherche en santé et nutrition.

Enquêtes nutrition INH durant la guerre (1941-1946)

C’est donc pour étudier l’impact des restrictions alimentaires engendrées par la guerre, sur les nourrissons qu’en 1940, la fondation Rockefeller ouvre un Institut de recherche d’Hygiène à Marseille où André Chevallier, professeur à la faculté de Marseille, spécialiste de la Vitamine A, initie des enquêtes sur le sujet avec une petite équipe de nutrionnistes franco-américaine (J.B Youmans, Dr Kuhlmann et Stuart). Il assure la co-direction de cet Institut avec les américains de la fondation Rockefeller. Le fonds 19770621, qui couvre la période allant de 1941 à 1970, contient, notamment, la première enquête à Marseille (1941), diligentée par les professeurs Chevallier et Youmans, destinée en toute première urgence  aux nourrissons, puis aux enfants et adolescents. Ces premières enquêtes seront immédiatement suivies de l’amélioration des rations de la carte alimentaire pour les nourrissons jusqu’aux adolescents (J1 à J3), (cf fonds 19770621)

Le 30 novembre 1941, l’Institut national d’hygiène (INH) est créé, par Serge Huard (secrétaire d’état à la Santé) et André Chevallier. Ce dernier est nommé à la direction de l’INH (cf fonds André Chevallier, AN20050593). Il reste à la tête de l’Institut jusqu’en 1946, date à laquelle il est remplacé par Louis Bugnard.

Les enquêtes nutrition de l’INH et de l’Inserm après la deuxième guerre mondiale

En 1942, Jean Trémolières devient directeur de la section nutrition de l’INH, poste qu’il occupera jusqu’en 1959. Les enquêtes de la section Nutrition s’étendent à Paris2   et sur tout le territoire français, y compris les territoires d’outre-mer3 et le Maroc, (cf fonds 19800237 de Georges Péquignot). Jean Trémolières favorise les enquêtes familiales, en ville et à la campagne.

La première étape consiste en tests physiologiques, biométriques4,cliniques; ensuite la consommation alimentaire réelle en fonction de plusieurs critères est évaluée : l’âge, le sexe, la condition sociale et le budget,le type de consommation et la région.

L’INH suit la classification du Dr E.J. Bigwood,adoptée par la Food and Agriculture Organization (FAO) (fonds 1977015), c’est-à-dire qu’elle organise les enquêtes selon 4types : 1/ études sur la population entière d’un pays, région ou ville ; 2/ études sur certains groupes homogènes de population (ex. les personnes âgées) ; 3/ enquêtes familiales ; 4/ enquêtes individuelles (cf.bulletins INH) et 5/ enquêtes sur les travailleurs (mineurs de fonds,ouvriers du textile).

Ces enquêtes perdurent un peu partout en France, bien au-delà des années de guerre, comme l’indiquent les dates extrêmes de ces fonds.

En 1959, Georges Péquignot succède à Jean Trémolières à la tête de la section nutrition de l’INH. Il oriente les enquêtes sur l’alcoolisme et ses impacts. Ses recherches sont menées sous forme d’études à trois volets : 1-ce que l’on mange en réalité, 2-ce qu’il faudrait manger, comment il faudrait manger ? 3- comment obtenir l’amélioration des comportements alimentaires ?  (cf fonds AN 1977621 et fonds Georges Péquignot, AN20050067).

Des enquêtes nutrition sont aussi ouvertes auprès de groupes de gens malades (diabétique, tuberculeux, etc..) pour analyser leur comportement alimentaire, notamment ceux souffrant de cancers colorectaux et pour faire des essais préventifs alimentaires pour les personnes souffrant de maladies cardio-vasculaires., (cf Fonds AN 198400685).

 Les enquêtes en elles-mêmes, quoique très parlantes, ne suffisant pas à résoudre les problèmes liés à l’alimentation, le professeur Jean Trémolières initie le premier groupe de recherche en nutrition au cœur de l’hôpital Bichat. Ce groupe devient l’unité 1 de l’Inserm« Nutrition et diététique » en 1964 (date de création de l’Inserm) et lui permet de travailler de manière clinique au lit de patients souffrant de problèmes gastro-entérologiques, tout en maintenant les enquêtes épidémiologiques(cf fonds 19770621). Ces recherches et enquêtes ont permis, par exemple, de faire un lien entre hypotrophie, obésité et alimentation. Elles ont aussi permis d’établir la quantité et la qualité des aliments nécessaires à une croissance harmonieuse.

Par la suite, de nombreuses autres unités Inserm se sont consacrées à  la recherche sur la nutrition. L’unité 59 (1966-1983)  dirigée par Gérard Debry s’est orientée vers les habitudes alimentaires de gens sains ou malades (maladies cardio-vasculaires dégénératives, physiopathologie de l’intolérance au glucose) et la qualité des aliments. L’unité 290 (1986-1998) de Jean-François Desjeux, traite de la relation entre nutrition et nutriment et découvre comment traiter la déshydratation infantile par voie orale et comment pallier à la malnutrition avec des aliments spécifiques. L’unité 341(1991-2003)dirigée par Georges Réach, étudie plus particulièrement le diabète« sucré »  et la nutrition  (cf fonds AN 20150070).

 La grande majorité des bulletins et des monographies de l’INH et de l’Inserm, (1944à 1970) contiennent les résultats d’enquêtes menées par  la section nutrition de l’INH, puis de l’Inserm et des unités Inserm dédiées à la nutrition ainsi que les rapports de ces unités.

L’Inserm et les enquêtes nutrition des années 2000

Les années 2000 prolongent, elles aussi, cette méthode d’études sur la nutrition,axées sur la recherche, notamment l’enquête « NutriNet-Santé ». Elle a été lancée en 2009 par le Ministère de la Santé et est toujours active. Serge Hecberg (Inserm) en est le premier contributeur. Cette étude de grande envergure vise à pointer toujours plus précisément les liens entre problèmes de santé publique (cancer, obésité, diabète, hypertension et maladies cardio-vasculaires) et alimentation ; elle vise aussi à analyser le type d’alimentation auquel nous pouvons être confrontés, et celui qui peut être utilisé pour prévenir ces maladies. Elle est effectuée par le biais de questionnaires en ligne auprès de bénévoles volontaires,suivis sur plusieurs années. Ces questionnaires évoluent au fur et à mesure des besoins et des résultats d’enquêtes. Cette étude est pilotée par l’Equipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle (EREN) qui est le regroupement d’unités Inserm, Inra, du CNAM, des universités Paris-Sorbonne et Paris 13 et de Santé Publique de France.

Une de leurs avancées les plus connues du grand public s’est traduite par le logo informatif Nutri-Score indiquant par un système de couleurs, la qualité nutritionnelle des aliments proposés en supermarchés.

Pour en savoir plus :

https://histoire.inserm.fr/les-femmes-et-les-hommes/serge-hercberg

https://eren.univ-paris13.fr/index.php/fr/etudes-et-cohortes/6-l-etude-nutrinet-sante.html

https://histoire.inserm


  1. Fonds 19770620, 19970621 et 19770015 et 198400685 []
  2. « Recueil des travaux INH », Tome 2, vol 2 p.854-889, 1944 []
  3. Recueil des travaux INH, p 397-418 []
  4. Pesée,mesure de la taille []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.