« Retour aux sources de la recherche à l’INH et à l’Inserm » Fonds d’archives de 1941 à 1975

Aujourd’hui, nous vous amenons  à la source des recherches sur la psychiatrie

Les fonds INH et Inserm que nous vous proposons pour commencer cette série « Retour aux sources de la recherche à l’INH et l’Inserm » appartiennent à la section Santé Mentale, de l’INH, puis de l’Inserm dirigée par Raymond Sadoun qui devient plus tard directeur de l’unité 110 de l’Inserm « Epidémiologie des troubles mentaux » de 1971 à 1986.

Enquêtes et statistiques (1931-1975)

Ces fonds concernent la psychiatrie et couvrent essentiellement des enquêtes épidémiologiques à visée statistiques. Leurs inventaires sont répertoriés aux Archives nationales sous les cotes 19770619 et 19760222.

Dans ces fonds, on trouve des enquêtes et des statistiques médicales effectuées par région. Leur but est d’évaluer les données cliniques et diagnostiques (fréquence, critères de diagnostic, facteurs de risques, évaluation des activités de soins et d’assistance) pour les standardiser (cf. Archives nationales, fonds Inserm 19770619 et 19890675).

Ils se situent à la fin de l’existence des colonies familiales1 et à la naissance de la sectorisation (1970)2. C’est pourquoi ces enquêtes et statistiques incluent les colonies familiales, les hôpitaux psychiatriques par région (secteur) et les secteurs psychiatriques des hôpitaux « civils », plus des centres de soin. Elles englobent enfants et adultes, un département « Toxicomanie » et des fiches d’hospitalisation (entrées/sorties/décès) de ces différents centres et hôpitaux. Enfin, on trouve dans ce fonds, des statistiques anciennes (1931-1961).

Les informations contenues dans ces questionnaires ont été vérifiées suivant des critères très méthodiques qui sont détaillés dans le « Répertoire des travaux de l’INH », Tome I, vol. 1er, p.257 à 259 (accessible aux Archives nationales et au service des archives de l’Inserm) et dans l’annexe 1 du fonds de l’unité 110 Inserm,  déposé aux AN sous la cote 19890675.

Grâce à l’informatique, les données ont pu être exploitées très finement. Elles ont fait l’objet d’études puis ont été publiées dans des revues médicales et systématiquement diffusées, tous les ans, dans le bulletin de l’Inserm avec un décalage de 2 années (temps d’exploitation des données et de mise en forme adéquate pour une publication)3.

Le fonds 19890675 de l’Inserm contient en Annexe I, le recensement des communications, d’exposés publiés à partir des statistiques psychiatriques exploitées par l’ unité 110.

Psychiatrie, neurologie et pharmacologie à l’Inserm (1972-2009)

Outre les enquêtes et statistiques présentées ici, l’Inserm a largement contribué à la recherche en psychiatrie En effet, au sein de l’hôpital Sainte-Anne, à Paris XIVème, l’Inserm ouvre en 1960, un centre dédié à la recherche en psychiatrie, le Centre Paul Broca, où de nombreuses unités se côtoient et se succèdent. D’une part, l’unité 110 de Raymond Sadoun, d’autre part, l’unité 111 « Neuropsychologie et neurolinguistique » que dirige Henry Hécaen de 1972 à 1981 qui a ouvert la voie de la neuropsychologie (cf. notre article, « Dans la valise d’Henry Hécaen ou quand le cerveau se fait la malle »).

Toujours dans le Centre Paul Broca, le champ de recherche de l’Inserm est aussi appliqué à la psychothérapie, notamment, à la pharmacologie. Parmi les unités de recherche dans ce domaine, on peut citer l’unité 19 « Neuropsychopharmacologie », dirigée par Jacques Robert Boissier de 1964 à 1978 qui travaille notamment sur l’anxiété et les anxiolitiques, à partir du modèle animal. Il y a aussi l’unité 109 « Neurobiologie et pharmacologie », dirigée par Jean-Charles Schwartz de 1972 à 2001, lequel a mis au point de nouveaux anti-histaminiques à visée psychiatrique. L’unité 573 « Neurobiologie et pharmacologie moléculaire », dirigée par Pierre Sokoloff de 2000 à 2005, puis par Jean-Michel Arrang de 2006 à 2009, qui orientent leurs recherches sur la découverte de médicaments contre la dépendance aux drogues, et sur la dopamine.

L’Inserm et la neurophysiopathologie (1964-1987)

Par ailleurs, André Soulairac, directeur l’unité 39 « Physiopathologie clinique de psychobiologie » de 1964 à 1973, effectue des études bio-cliniques sur différents troubles mentaux, à partir du modèle animal.

Et enfin, c’est sur ce site de Broca que Jean Talairach, neurochirurgien, directeur de l’unité 97 « Neurophysiopathologie et thérapeutique des épilepsies » de 1970 à 1973 et Jean Bancaud, (qui deviendra directeur de la même unité de 1974-1987), ont mis au point une technique, la stéréotaxie (notamment pour l’exploration fonctionnelle d’une région profonde de l’encéphale). Cette technique a permis de mieux comprendre et mieux traiter la maladie de Parkinson et l’épilepsie.

La recherche en psychiatrie à l’Inserm, en 2018

Aujourd’hui, la recherche en psychiatrie se tourne essentiellement vers la neurobiologie dont le but est de cerner au plus près le fonctionnement du cerveau pour permettre de détecter  les anomalies qui engendrent ces maladies. Un Institut Thématique de recherche lui est consacré et donne lieu à différents rapports.

  1. Le système de colonie familiale existe depuis 1892 pour désengorger les asiles parisiens mais aussi pour le bien-être de ces malades. Ces malades sont placés dans des fermes pour y travailler leur permettant de s’intégrer  progressivement à la population locale. Ces colonies familiales disparaissent en 1970 pour laisser place à la sectorisation. []
  2. Sous l’impulsion de psychiatres « désaliénistes » et à partir de 1970, la sectorisation remplace les colonies familiales qui disparaissent complètement. La France est divisée en secteurs géo-démographiques par département. De ce fait, ceux de la population française qui le nécessitaient, pouvaient avoir accès aux soins psychiatriques de leur « secteur » d’habitation. La prise en charge psychiatrique est également « sectorisée » dans les hôpitaux en interne. Elle a également permis une prise en charge « hors les murs ». []
  3. Les monographies de l’INH, et les bulletins de l’Inserm peuvent être consultés aux archives de l’Inserm []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.