Association Claude-Bernard

Inventaires INH /Inserm Enquêtes, statistiques et dossiers administratifs (1941-1975)

Dans les semaines qui viennent, nous vous proposerons la présentation des inventaires des archives de l’INH (Institut National d’Hygiène) et de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Ces inventaires décrivent des fonds d’enquêtes épidémiologiques, de statistiques entreprises par les différentes sections existantes à l’époque et de dossiers administratifs. Les dates extrêmes des fonds que nous allons vous présenter se situent entre 1941 et 1975.

L’INH en quelques mots

L’INH est créé  le 30 novembre 1941. Sa mission est l’hygiène et la santé publique, domaines très sensibles en cette période de guerre. André Chevallier, médecin et biostatisticien est nommé directeur de l’Institut (1941-1946). Il crée 4 sections : la section nutrition, la section des maladies sociales (alcoolisme, syphilis, tuberculose et cancer),  la section hygiène (eau et médecine du travail) et enfin la section épidémiologie. Ces sections sont les productrices des fonds décrits par les inventaires dont il est question ici (cf. Archives Inserm André Chevallier, cotes 20050593 et 20060127).

En 1946, Louis Bugnard est nommé directeur de l’INH et Robert Debré président du Conseil d’Administration. Sous l’impulsion de son directeur, tout en maintenant sa vocation pour la Santé Publique, l’INH commence à se tourner vers la recherche médicale et constitue un corps de médecins chercheur dont certains ont connu une grande renommée comme Jean Hamburger, Maurice Tubiana, Georges Mathé et Jean-Louis Funck-Brentano (cf. Archives Inserm Louis Bugnard cote 2006029).

INH, association Claude Bernard et recherche

En parallèle et avec l’aide de l’INH se créée l’Association Claude Bernard qui ouvre des unités de recherche médicale. Entre 1952 et 1962, 18 centres de recherche sont ouverts dont onze dans les hôpitaux parisiens, un à l’hôpital Edouard Herriot de Lyon, un à Strasbourg et un à l’Institut Curie d’Orsay.

Vème plan, DGRST et Réforme Debré

Le Général de Gaulle, qui souhaitait faire de la recherche française une recherche de haut niveau, la favorise grandement. En effet, par le biais du Vème plan budgétaire, la DGRST (Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique) nouvellement créée, est dotée d’un fort budget (cf Archives Inserm de Jean-Pierre Bader, conseiller scientifique à l’INH et directeur scientifique de l’Inserm, fonds déposé aux archives nationales, cote 20160081). Cet organe est rattaché aux services du Premier ministre et soutenu par un Comité Consultatif de la Recherche Scientifique et Technique (CCRST) ou Comité des douze Sages, composé de scientifiques statuant sur les grandes orientations de la recherche. Par ailleurs, le gouvernement de Gaulle encourage la réforme de la médecine initiée par Robert Debré, Réforme Debré, qui aboutit à la création des centres hospitalo-universitaires (CHU), au développement de la recherche et à la réforme de l’enseignement des études médicales.

Au vu de la nouvelle orientation scientifique de la recherche française, la refonte de l’INH est évoquée.

De l’INH à l’Inserm

Le 18 juillet 1964, L’INH devient alors l’Inserm. Le nouvel institut est orienté vers la recherche clinique et médicale mais garde toujours la vocation première de l’INH sur les grands axes de préoccupation de santé publique, les statistiques et l’épidémiologie. L’Inserm a d’ailleurs créé de nouvelles sections dont la section « cardiologie » et la section « Maternité-pédiatrie » (Les monographies et les bulletins de l’INH et de l’Inserm, détaillées sous ce lien, sont disponibles au service des archives de l’Inserm).

Ces fonds ont été déposés par différentes sections Inserm au Centre des archives contemporaines (CAC) à Fontainebleau. Puis, ils ont été transférés de Fontainebleau au nouveau centre des archives contemporaines de Pierrefitte-sur-Seine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.