Anne Tursz

Anne Tursz, pédiatre, épidémiologiste et chercheure à l’Inserm

Anne Tursz obtient, en 1972, son doctorat en médecine. Elle choisit comme sujet de thèse les conséquences scolaires, sociales, familiales et psychologiques de la polyarthrite rhumatoïde chez l’enfant. Elle passe avec succès le certificat d’études statistiques appliquées à la médecine (CESAM), puis le certificat d’études spéciales de pédiatrie  et le diplôme supérieur d’université d’économie et de la santé.

Anne Tursz travaille à partir de 1983 au sein de l’unité 149 de l’Inserm,  unité de recherches épidémiologiques sur la mère et l’enfant où elle prend la responsabilité de l’équipe thématique « Cadre et mode de vie et santé de l’enfant et l’adolescent ». De 1992 à 1997, elle dirige le Centre international de l’enfance (CIE), puis revient à l’Inserm en 1997 pour y poursuivre ses activités au sein du CERMES.

Parcours professionnel

Concernant la recherche, elle commence ses travaux sur l’état de santé des enfants en général et  sur les événements affectant les enfants en bonne santé physique et l’utilisation du système de santé, en particulier. Son approche englobe le vécu de la maladie de l’enfant, son retentissement sur la vie personnelle et familiale, le fonctionnement des systèmes de soins autour de ces enfants malades et les interactions entre les professionnels de santé et les familles. Anne Tursz a mené ses travaux de recherche en France et dans des pays en développement (Afrique, pourtour méditerranéen). Elle a souvent travaillé avec d’autres chercheurs, tels John Cook (anthropologue) ou Monique Crost (statisticienne), dans un souci de pluridisciplinarité des études.

Elle a étudié, par exemple, « l’utilisation et la perception des systèmes de santé par les enfants et leur famille dans des pays d’Europe et d’Afrique » (1990-1996),  « l’amélioration de la prise en charge et du quotidien des adolescents drépanocytaires en France » (2000-2007), « les accidents des enfants, sur les conséquences graves de la maltraitance des enfants »  (notamment une étude sur les morts suspectes de nourrissons de moins de 1 an).

Ses connaissances l’ont amenée à l’expertise de plusieurs projets ou groupes de travail tels que l’évaluation du Plan national Maladie Rare (PNMR) ou la participation au Conseil national des registres (CNR). Anne Tursz a aussi été membre de nombreuses instances scientifiques.

 Plusieurs prix ont mis en avant sa carrière. Elle est nommée lauréate de l’Académie de médecine (2002) et faite Chevalier dans l’Ordre national du mérite ( 2007).

Présentation du fonds

Le fonds traité aux Archives de l’Inserm et déposé aux Archives nationales contient d’une part les activités de recherche d’Anne Tursz : documents des différents programmes de recherche (du montage administratif et budgétaire à la valorisation), et de participation à plusieurs commissions, groupes de travail et séminaires; d’autre part,  des documents sur son activité de directrice du CIE et de pédiatre ainsi que des présentations de ses recherches en séminaires et colloques.

Projets de recherche

– le projet « Hôpital et enfant », 1990 à 1996, est un  programme pluridisciplinaire et multicentrique (Algérie, Maroc, Togo, Congo, Belgique, France).

– « la prise en charge du handicap » dans les pays méditerranéens appuyé parfois par les réseaux Nord/Sud de l’Inserm, comme le projet Handicap en Egypte, né d’une coopération entre le CIE en France et le Centre national de l’enfance et de la maternité en Egypte, recherche à visée épidémiologique et socioéconomique ayant permis d’identifier les réseaux existants sur le handicap dans ce pays.

– «Bedouin Health » conduit entre 2006 et 2010 sur les populations bédouines sédentarisées ou non en Jordanie et au Liban pour l’amélioration des soins pré et périnataux.

– le programme « Drépanocytose », partie intégrante du projet sur « l’adolescent atteint d’une maladie chronique douloureuse ou  comment améliorer sa prise en charge médicale, sa vie quotidienne et celle de sa famille ».

–  « les accidents des enfants », étude menée du début des années 1980 jusque dans les années 2000.

Expertise

Ce fonds témoigne également de sa participation à titre d’experte, d’une part au  Comité national des registres (CNR), dédié à la qualification et l’évaluation des registres de données nominatives de la santé d’une population géographiquement définie (données recueillies pour la recherche en santé publique); et d’autre part, au Plan national maladie rare (PNMR) où elle a contribué à l’évaluation du PNMR, par le biais d’une étude qualitative menée auprès des patients pris en charge par le plan et clôturée par une conférence d’évaluation en décembre 2008.

Instances scientifiques 

Comme précisé plus haut, Anne Tursz a également été membre de nombreuses instances scientifiques et notamment présidente de la Commission scientifique spécialisée n° 3 de l’Inserm « santé, population, société » de 2003 à 2007.

Ce fonds a été transmis aux archives nationales sous la cote 20150071

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *