« RETOUR AUX SOURCES » – Les maladies sociales

Après une présentation des fonds sur la section psychiatrie et la nutrition de l’INH/inserm, nous avons choisi pour cet article, de présenter les fonds d’archives de la section des « maladies sociales». Les maladies dites « sociales » à cette période, sont ainsi qualifiées « parce qu’elles prédisposent  les populations défavorisées par leur condition de vie aux ravages de la tuberculose pour certaines professions à des risques pathogènes tels la silicose des mineurs, le saturnisme des imprimeurs et les cancers des ouvriers de l’industrie chimique… »1.

Ces enquêtes se situent au tournant de l’épidémiologie des années 1950-70, (où les statistiques se rapportaient, pour beaucoup à la mortalité et à la quantification des malades et des lieux)  et l’épidémiologie des années 1975-80 où l’on y associe les causes médicales (hérédité par exemple), l’environnement social, les soins appropriés et la prévention, tout cela traduit en statistiques.

Dans cette section « maladies sociales », dirigée initialement par le professeur Jean Troisier de 1941 à 1945,  on trouve la tuberculose, la syphilis (également répertoriée en « maladies transmissibles »), l’alcoolisme et le cancer.

La tuberculose

Trois des fonds INH/ Inserm traitent du sujet, dont deux AN 19760226 -1953-19702) et AN 19800236sans date) recouvrent  les enquêtes diligentées par le Dr Alice Lotte. Après avoir dirigé la section « Maladies transmissibles » à l’INH (1941-1947), le Docteur Alice Lotte dirige la partie « Tuberculose » de la section, à partir de 1948. De 1963 à 1965, elle est aussi directrice de l’unité 2 de l’Inserm « Epidémiologie de la tuberculose » (hôpital Léon-Bernard à Limeil-Brévannes), qu’elle a fondée elle-même. Le fonds AN 19760226 contient des enquêtes sur la chimioprophylaxie (traitement chimique préventif) de la tuberculose menées par l’ INH entre 1953 et 1958 chez l’enfant et l’adolescent « primo-infectés » ainsi que les résultats de ces traitements. Il contient aussi des enquêtes « réadaptation » (après la maladie) et des statistiques sur la tuberculose, des enquêtes sur l’enfant, le vieillard et la tuberculose.

Le deuxième fonds AN 19800236 (sans date) est versé en 1980 par l’unité Inserm  179  « Aspects socio-économiques  de la tuberculose et des maladies respiratoires» également dirigée par Alice Lotte. Il contient des questionnaires, des enquêtes et des listings sur la tuberculose.

Le fonds AN 19800235 est versé par l’unité 164 « Evaluation de l’état de santé et des systèmes de soin et de prévention »,  dirigée par Françoise Hatton (1977-1989).  Il s’agit d’un fonds administratif contenant, notamment des courriers, des rapports d’activités (1967-1978) sur ces statistiques épidémiologiques. Ces deux unités (164 et 179) situées sur le site du Vésinet, sont rattachées à  la Direction de la Recherche Médico-sociale, DRMS3


Les bulletins INH, tome 6, n°2,1951, cf. bulletin INH, tome 8, 1953, présentent une enquête coordonnée par Alice Lotte sur la tuberculose chez les égoutiers et aux PTT.

La syphilis et les maladies transmissibles

Cette section est rattachée elle aussi à la DRMS comme l’ensemble des maladies sociales. Dans les années qui ont suivi la fin de la deuxième guerre mondiale, les maladies vénériennes ayant fait l’objet de dépistage et de soins appropriés ont particulièrement  chuté. Le but des enquêtes  INH/Inserm répertoriées AN 19760218 et AN19770409 (1954-1974) est une « surveillance » au long cours de ces maladies. On y trouve des statistiques sur les maladies vénériennes de dispensaires d’Outre-mer et de métropole, des bulletins épidémiologiques de différents départements de France, des rapports et statistiques sur les vaccins DT-Polio et Variole ainsi que des bulletins hebdomadaires Outre-mer et métropolitains sur les maladies contagieuses. La salmonellose est traitée par l’Institut Pasteur. A cela se rajoutent des statistiques sur les « maladies diverses » (méningite, coqueluche, diphtérie, brucellose, poliomyélite, etc…) encore très répandues. La typhoïde fait l’objet d’une enquête par département.  Et enfin une enquête sur l’eau et l’équipement sanitaire dans le Finistère, l’eau étant souvent source de contamination.

A noter : sous la direction d’Alice Lotte, la section épidémiologie produit une cartographie départementale de maladies transmissibles, durant la 2ème guerre mondiale, cf.  recueil de travaux et bulletins INH,  (1944) tome 1 volume 1.

Fonds complémentaire AN 19760263  de la sous-direction de l’Hygiène publique dirigée par Georges Péquignot (Direction générale de la Santé) qui a hérité d’une partie des maladies transmissibles confiée à l’INH.

L’alcoolisme

La « sous-section » alcoologie est dirigée initialement à l’INH par le Dr Derobert (1941-1959), lequel « constate une décroissance du nombre de cirrhose alcoolique dans la population, suite aux restrictions imposées par les réquisitions de l’occupant »4

En 1959, le docteur et chercheur Georges Péquignot prend la direction de la section « Nutrition » de l’INH devenue Inserm en 1964. Il entreprend deux  enquêtes sur l’alcool : la première est menée à St-Etienne et à Marseille, sur la « Consommation d’alcool et mortalité par cirrhose du foie », cf. Recueil de travaux INH, Tome 14, vol 2 P.367 (1959). La deuxième porte sur la « Consommation du tabac et alcool », cf  cf. Recueil de travaux INH, Tome 14, vol 2 P.372 (1959). Georges Péquignot continue le travail sur l’alcoolisme au-delà des enquêtes. Il fait des études et mène des recherches sur le sujet, notamment, sur « l’ascite cirrothique ». On retrouve tous ses travaux sur l’alcoologie et bien d’autres dans le fonds AN 20150067.  Une expertise collective sur l’alcool « Alcool : Dommages sociaux – Abus et dépendances », Editions Inserm a été publiée en 2003

Le cancer

La partie « Cancer » des « Maladies sociales » de l’INH est dirigée par Pierre Denoix, qui constitue en 1942, le premier fichier français de cancéreux à partir de 35 000 dossiers provenant en partie de l’Assistance publique de Paris. L’INH initie une enquête permanente Cancer. « Elle porte sur tous les malades examinés dans les Centres de lutte contre le cancer»5

C’est dans ce cadre de l’enquête permanente Cancer que se situent les fonds que nous vous proposons. Le fonds AN 19760216 regroupe des fiches6 de statistiques effectuées dans les grandes villes et quelques régions  (1955-1965). Dans le cadre de cette enquête permanente « Cancer », le fonds AN 19880197 contient des enquêtes effectuées auprès de centres hospitaliers de Nantes et Nancy (1951-1975).

Pour en savoir plus

https://histoire.inserm.fr/les-femmes-et-les-hommes/maurice-tubiana



  1. Jean-François Picard et Suzy Mouchet, « La métamorphose de la médecine »,  ch. III « La médecine de laboratoire et les maladies sociales», p.29, Puf et Inserm, mai 2009 []
  2. Pour la période précédant les enquêtes que nous vous présentons, les bulletins INH font un point régulier sur les statistiques de morbidité de la tuberculose et des rapports sur les dispensaires, depuis les années 1946 (cf. Bulletins INH tomes 4 à 8, 1946-1953 []
  3. La DRMS a été créée par l’INH dans le but d’effectuer des statistiques. Située tout d’abord à Boulogne-Billancourt, la DRMS déménage en 1961  au Vésinet, devenu un centre technique et de recherche. S’y installent notamment le SCPRI , ancien IRSN (Institut de radioprotection et de sureté nucléaire) et le Centre d’étude sur la pollution atmosphérique et l’hygiène de l’environnement (CRPA). A la création de l’Inserm, la DRMS est maintenue et placée sous double tutelle, Ministère de la Santé et Ministère de la Recherche scientifique. En 1973, ces deux ministères sont fondus en un seul, le Ministère de la Santé et du même coup, la DRMS est fondue dans l’Inserm []
  4. Cf. JF Picard et S. Mouchet « Métamorphose de la médecine », Editions Puf, Inserm, mai 2009, p.62 []
  5. Bulletin INH, tome 1, vol.1, pages 52 à 74 []
  6. Les « fiches » dont il est question dans ces fonds, sont des fiches informatiques. C’est à cette période (années 60) que se développent à l’Inserm quelques bases informatiques dédiées aux statistiques, sous l’impulsion notamment du polytechnicien et chercheur INH puis Inserm, Daniel Schwartz, pionnier de la statistique médicale et fondateur du CESAM (Centre d’enseignement de la statistique appliquée à la médecine et à la biologie médicale) dont sont « issus » de nombreux chercheurs épidémiologistes Inserm []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.