Test de lecture

Dans la valise d’Henri Hecaen, ou quand le cerveau se fait la malle – Partie 1

Le vendredi 06 octobre 2017 le service des archives de l’Inserm a présenté lors de la 20ème édition des rendez-vous de l’Histoire de Blois une carte Blanche. Celle-ci s’articulait autour du fonds d’archives d’Henri Hécaen qui fût un pionnier dans la recherche neuropsychologique, et plus particulièrement autour d’une valise renfermant différents objets du quotidien dite « valise Hécaen ».

Rares sont les fonds qui comportent des objets de la vie quotidienne comme celui que nous avons présenté lors de cette communication. Au-delà des objets, l’histoire de cette valise permet de s’intéresser aux laboratoires Inserm hébergés à l’hôpital Sainte Anne, à Paris, dans les années 1970, à l’essor de la neuropsychologie et à Henri Hécaen, producteur du fonds, qui a été un des pionniers de cette discipline en France.

L’Inserm à l’hôpital Sainte Anne

Les laboratoires de recherche sont très largement rattachés à l’hôpital, spécialisés ou non, et la première unité de recherche en psychiatrie créée à Sainte Anne en 1964 est celle d’André Soulairac, unité 39, intitulée « physiopathologie clinique et physiobiologie ». L’hôpital Sainte-Anne est historiquement du XIXème et au XXème le lieu où ont été soignés les malades mentaux, avec les faibles moyens thérapeutiques de l’époque, ce qui a permis le développement très important de la recherche médicale sur les maladies neuropsychiatriques. C’est vraiment au début des années 1970, que les unités de recherche Inserm seront implantées plus largement dans cet hôpital. Un centre de recherche dédié, le centre Paul Broca, du nom du médecin-chercheur qui découvrit le « centre de la parole » dans le cerveau, est construit pour héberger les unités de recherche Inserm travaillant dans le champ des neurosciences et de la psychiatrie.

Les premiers directeurs de laboratoires Inserm sont pour la plupart des médecins, chefs de service hospitaliers, Henri Hécaen, ne fait pas exception. L’unité 111, qu’il dirige, intitulée « neuropsychologie et neurolinguistique » y verra le jour en 1974 avec comme principaux axes de recherche l’étude des troubles du langage, de la perception, du geste et des fonctions cognitives au cours de lésions focales de l’un ou l’autre hémisphère cérébral. Cette unité mène des travaux pionniers en matière de trouble du langage, des gestes et de la perception, pour une population de malades hospitalisés dans les services de neurochirurgie et de neurologie au sein de l’hôpital Sainte Anne.

Qu’est-ce que la neuropsychologie ?

La neuropsychologie clinique est née dans la seconde moitié du XIXème de l’interaction entre neurologie et psychologie et à partir de la fin du XIXème siècle, s’attache à étudier des fonctions telles que la mémoire ou la perception. Elle est définie par Henri Hécaen en 1972 comme « la discipline qui traite des fonctions mentales supérieures dans leur rapport avec les structures cérébrales ». La neuropsychologie est la branche de la psychologie clinique qui s’intéresse donc aux liens entre le fonctionnement du cerveau et le fonctionnement psychologique (fonctions cognitives, comportements et émotions) d’un individu.

L’approche neuropsychologique se fait au moyen d’observations menées auprès de sujets normaux ou de patients souffrants de pathologies cérébrales diverses. Elle avait pour but, à partir de cette étude, de décrire les lésions du cerveau et le rôle des régions cérébrales. La notion de localisation cérébrale est au centre de l’histoire de la neuropsychologie.

La neuropsychologie est donc l’étude des perturbations cognitives et émotionnelles ainsi que de la personnalité dues à des lésions du cerveau et se situe en quelque sorte entre les neurosciences dont le but est d’élucider les logiques du fonctionnement cérébral, l’anatomie du système nerveux central et du cerveau, et la psychologie qui permet de comprendre la logique et l’organisation des opérations mentales et du comportement.

Ainsi le rôle du neuropsychologue est d’évaluer la nature et l’importance des troubles des fonctions cérébrales (mémoire, attention, langage,…) à la suite d’un dysfonctionnement du cerveau que ceux-ci se soient développés au cours d’un déroulement normal (épilepsie, dyslexie…) ou qu’ils surviennent après une affection cérébrale (lésion, traumatisme crânien, tumeur cérébrale, infection, MST…). Il utilise pour cela des entretiens cliniques et des tests neuropsychologiques.

En 1950 la neuropsychologie expérimentale marque l’entrée de la psychologie en neurosciences en développant les épreuves standardisées sur des sujets sains. En effet les études de cas individuels (patients présentant une lésion cérébrale bien localisée aux conséquences bien précises sur leur comportement) ne permettent plus d’acquérir suffisamment de données sur la relation entre les aires cérébrales et les fonctions mentales. La recherche d’un trouble s’effectue en développant un certain nombre de test précis dans des échantillons représentatifs de tous les sujets atteints de lésions hémisphériques unilatérales. On définit les troubles sur la base des scores obtenus aux mêmes épreuves par des sujets témoins, ce qui permet de garder une certaine objectivité.

La neuropsychologie cognitive (le terme cognitif désignant tout ce qui est relatif à la connaissance, la cognition) s’attache à la compréhension des mécanismes des troubles plus qu’à leur simple description. Elle s’attelle à découvrir le siège cérébral des fonctions mentales telles que l’attention, la mémoire, etc., mais également à observer les relations entre ces fonctions, d’un point de vue cérébral et cognitif. C’est-à-dire, de comprendre le cerveau comme support de l’intellect et de comprendre l’intellect comme intégré au cerveau.

La neuropsychologie fonctionnelle naît dans les années quatre-vingt avec un retour au cerveau qui se fait notamment grâce à l’apparition de l’imagerie. Celle-ci est alors une nouveauté expérimentale qui vient complémenter celle de l’anatomie clinique. Elle permet une mise en relation d’un comportement (activité cognitive) avec une activité cérébrale ; la référence au cerveau ne se fait plus par l’anatomie mais par une activité du cerveau.

Le Docteur Henri Hécaen

Henri Hécaen est né à Brest le 5 Mai 1912, il obtient son doctorat de médecine en 1934, il sera nommé médecin de 1ère classe de la Marine en 1938, puis médecin des hôpitaux psychiatriques en 1942. Il poursuit ses études de médecine à la faculté de Bordeaux puis il suit les enseignements de neurologie et de psychiatrie à la faculté de médecine de Paris, auprès d’Henri Ey.

Le docteur Henri Hécaen
Henri Hécean

Conquis par l’apparente logique de la neurologie, et découvrant plus particulièrement ce que l’on nommait alors la neuropsychopathologie, il va travailler dans le service de Jean Lhermitte. En 1952 il fait un séjour à la MacGill University de Montréal dans le service du neurochirurgien Wilder Penfield, ce qui lui permettra d’acquérir la rigueur clinique et d’affirmer son intérêt pour l’étude de séries, pratique plus féconde que l’attente du cas exceptionnel.
De retour en France, Henry Hécaen poursuit ses travaux grâce à l’hospitalité de ses collègues neurochirurgiens de l’hôpital Sainte Anne où il va jouer, sur le plan médical et scientifique, un rôle déterminant, au sein d’une équipe dont W. Penfield dira en 1958, peut-être abusivement, qu’ « elle était peut-être le meilleur staff du monde ».

En 1964 on lui confie une équipe du CNRS, l’année suivante il devient directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études, et c’est en 1970 qu’il dispose de locaux avec une unité de recherches neuropsychologiques et neurolinguistiques de l’Inserm, l’unité 111, lors de la création du centre Paul-Broca, à l’hôpital Sainte Anne. Il donne pour mission à la neuropsychologie de remplacer la carte anatomique du cortex cérébral par une carte fonctionnelle et de « chercher à élaborer des modèles tenant compte de ces deux niveaux de réalité : le comportement et le substrat physique ». Il s’intéresse plus particulièrement aux déficits de la reconnaissance des physionomies, aux troubles de la mémoire topographique et à décrypter la pathologie de l’hémisphère droit. C’est donc tout naturellement qu’il devait être confronté avec l’organisation particulière des fonctions cérébrales, plus spécialement avec la dominance hémisphérique et la préférence manuelle.

Pour Hécaen, la neuropsychologie ne pouvait s’élaborer et se développer qu’en s’adressant d’abord à l’homme porteur d’une atteinte cérébrale. Il établit un nombre de données particulièrement importantes concernant le rôle de l’hémisphère gauche dans les processus Visio-spatiaux et Visio-constructifs. Il a examiné et étudié des centaines de patients, contribuant ainsi à une meilleure identification de troubles de la cognition et de la perception.

En 1962, grâce à son article “Agnosia for faces (prosopagnosia)”, Henri Hécaen convainc les cliniciens américains de la nature organique de la prosopagnosie (trouble de la capacité à reconnaître les visages connus). Il se passionnera également pour la latéralisation et la neuropsychologie du gaucher et écrira en 1963 l’ouvrage de référence « Les gauchers, prévalence manuelle et dominance cérébrale », en collaboration avec le neuropsychiatre Julian de Ajurriaguerra. Il a mené des travaux essentiels en matière de troubles du langage, du geste et de la perception. Il fonde en 1960 le Symposium international de neuropsychologie qui donnera naissance à la première revue scientifique de neuropsychologie, « Neuropsychologia » dont il est le rédacteur en chef et qu’il ne quittera qu’en 1982.

Pour voir d’autres images du fonds Henri Hécaen vous pouvez vous rendre sur le site Inserm Image.


Une réflexion sur « Dans la valise d’Henri Hecaen, ou quand le cerveau se fait la malle – Partie 1 »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *